À vélo, Lize accroît la sécurité des passages à niveau tout en réduisant la distance avec le citoyen

Lorsque Lize, inspectrice des passages à niveau à la DG Politique de Mobilité durable et ferroviaire, inspecte un passage à niveau, elle le fait minutieusement. Et plus que probablement aussi à vélo. Faites connaissance avec une collègue cycliste !

 

La sécurité avant tout

« Les passages à niveau peuvent être très variés et la signalisation requise l’est donc aussi. Mes rapports d'inspection sont le fruit d’une analyse approfondie de la situation réelle et contiennent, si nécessaire, des propositions d'amélioration, ou plutôt des exigences d'amélioration. Et si une amélioration est nécessaire à un passage à niveau, il ne faut pas que cela traîne. La raison d'être de la réglementation et de nos inspections est la sécurité des personnes. Alors pas de place pour le laxisme ! »

 

« Je suis responsable des passages à niveau dans ma zone qui, avec le Limbourg, Anvers et une partie du Brabant flamand, couvre non seulement une grande partie de la Flandre, mais est aussi très variée. Un jour, je suis entourée d’industries dans le port et une autre fois, je passe à vélo devant une famille de grenouilles mugissantes dans le Pays de Waes. La combinaison du travail au bureau, avec la participation à la rédaction d’arrêtés ministériels et la rédaction des rapports d'inspection, et des inspections sur le terrain est vraiment très agréable. »

 

« Je suis assez stricte. Si une amélioration est nécessaire à un passage à niveau, il ne faut pas que cela traîne. La raison d'être de la réglementation et des inspections est la sécurité des personnes. »

 

À vélo, la distance entre le citoyen et l’administration est directement beaucoup plus petite

« J'aime le fait qu’au SPF Mobilité et Transports, je suis libre d’exercer ma fonction comme je l'entends. Et je préfère le faire à vélo. Dans la mesure du possible, je me déplace à vélo. Pour l'heure, mon record est de 170 km parcourus en une seule journée de travail. Dans notre famille, on a vraiment le vélo dans le sang. Par exemple, ma mère et ma tante sont en train de passer leurs vacances à vélo. J'apprécie la liberté et la flexibilité qu’offre le vélo ; on est beaucoup plus attentif aux belles choses tout en faisant du sport ! »

 

« Sur le plan purement professionnel, c'est en tout cas un avantage que de pouvoir examiner les passages à niveau du point de vue d'un cycliste. Les cyclistes impatients constituent un groupe à risque aux passages à niveau. On passe plus inaperçu à vélo et on peut ainsi mieux observer le comportement spontané des usagers de la route. C'est très utile, car finalement c'est bien de cela qu'il s'agit. »

 

« Je remarque également qu'un fonctionnaire qui se déplace à vélo est perçu comme sympathique et moderne par les citoyens. Les gens sont déjà plus enclins à venir vous voir pour bavarder, ou même pour vous donner des conseils et faire des suggestions. À vélo, la distance entre l’administration et le citoyen est directement beaucoup plus petite. »