Transport maritime : nouvel accord de travail avec les sociétés de classification

Ce lundi 17 octobre, le nouvel accord de travail entre le vice-Premier ministre et ministre de la Mer du Nord Vincent Van Quickenborne, la DG Navigation du SPF Mobilité et Transports ainsi que 6 sociétés de classification a été signé. Il stipule que ces sociétés de classification sont autorisées à effectuer des vérifications et des inspections et à délivrer et renouveler les certificats des navires battant pavillon belge. Cet accord de travail vise à assurer la durabilité et le succès de la navigation belge. 

 

La Belgique : acteur mondial dans le domaine maritime aujourd'hui et demain 

La Belgique est acteur mondial dans plusieurs domaines maritimes et souhaite le rester à l’avenir. C'est pourquoi un nouvel accord de travail a été signé entre le vice-Premier ministre et ministre de la Mer du Nord Vincent Van Quickenborne, la DG Navigation du SPF Mobilité et six sociétés de classification.

 

La première version de cet accord date de 2006. Il a déjà prouvé qu'il garantit avec succès la qualité des navires battant pavillon belge et des compagnies maritimes belges. En effet, nos navires ont une bonne réputation et figurent sur les listes blanches des PSC (Port State Control) dans le monde entier. 

 

Cependant, le secteur maritime est en constante évolution. Depuis 2006, le secteur du transport maritime a connu plusieurs changements, et ces changements vont se poursuivre dans les années à venir. Grâce à un accord de travail actualisé, les gouvernements, les armateurs et les sociétés de classification sont prêts pour l'avenir.  

 

Un régime de travail adapté à son temps 

Le nouvel accord de travail a subi des changements importants par rapport au précédent. Son champ d'application a été étendu. En effet, les navires non conventionnels ne faisaient pas partie de l'accord de travail initial, mais ils sont importants pour l'industrie offshore, qui prend de plus en plus d'importance en mer du Nord. Les sociétés de classification recevront donc dorénavant également des autorisations pour ce type de navires. 

 

Plusieurs conventions ont en outre été adoptées depuis 2006, comme la Maritime Labour Convention 2006, la convention sur les eaux de ballast, le recyclage des navires, etc. Le nouvel accord de travail fournit un cadre solide dans lequel ces conventions et les conventions futures trouvent leur place.  

 

Enfin, le nouvel accord est prêt à prendre en compte les nouvelles évolutions et technologies, telles que la numérisation croissante, les navires autonomes et l'écologisation du transport maritime. Dans l'attente d'un cadre soutenu au niveau international, les sociétés de classification ont un rôle consultatif sur ces sujets. Le gouvernement a, quant à lui, un rôle de validation et de soutien. 

 

Des partenaires différents avec un objectif commun 

Le ministre Van Quickenborne, la DG Navigation, les armateurs et les sociétés de classification devront travailler en étroite collaboration pour trouver des solutions à l'écologisation du transport maritime, au bien-être des marins et aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement. Cet accord de travail est un signal important de leur engagement commun en faveur d'une navigation belge durable et fructueuse. 

 

Vincent Van Quickenborne, vice-Premier ministre et ministre de la Mer du Nord : « La Belgique n'a que 67 kilomètres de côtes. Mais cela ne nous empêche pas d'être ambitieux. Notre pays veut jouer un rôle de pionnier dans de nombreux aspects de la politique maritime. Et nous y parvenons en travaillant en étroite collaboration avec le secteur maritime. Nous signons aujourd'hui de nouveaux accords de travail avec les sociétés de classification des navires battant pavillon belge. Il s'agit d'une étape importante dans notre quête commune d'une navigation durable qui répond aux normes les plus élevées au monde et qui est adaptée aux développements technologiques les plus modernes.” 

 

Peter Claeyssens, directeur général du transport maritime : « La Belgique est un acteur maritime mondial et nous voulons qu'il en reste ainsi. Le transport maritime est un élément essentiel du succès maritime belge. C'est pourquoi nous voulons travailler avec nos partenaires et créer un groupe maritime belge durable et prospère. Nous visons également une navigation de qualité compétitive en veillant à ce que les navires battant pavillon belge répondent aux normes de qualité les plus élevées. Mais nous ne pouvons pas le faire seuls. Une bonne coopération entre notre administration, nos armateurs belges et la société de classification est nécessaire pour atteindre cet objectif et relever les défis de demain. Ce nouvel accord de travail garantit et formalise cette coopération entre l'administration belge et les sociétés de classification au service d'une navigation belge durable et de qualité.”