les usagers actifs au cœur des changements du code de la route

Ce 1er octobre 2022, de nouveaux amendements au code de la route entreront en vigueur. Une fois de plus, ceux-ci ont pour but d’améliorer la sécurité routière et la mobilité, particulièrement pour les utilisateurs de moyens de déplacement actifs et durables. 

 

Plus de sécurité pour les cyclistes 

Le nouvel arrêté royal octroie aux vélomobiles et aux vélos couchés une place sur la voie publique plus sûre, compte tenu de leurs spécificités, en particulier leur faible hauteur, ce qui les rend moins visible pour les voitures. Ils auront donc le choix entre la piste cyclable et la chaussée, là où la vitesse est limitée à 50 km/h. Compte tenu de ces nouvelles règles spécifiques aux vélos couchés et aux vélos mobiles, ces vélos ont désormais leur propre définition. 

 

Les cyclistes seront également autorisés à utiliser des moyens latéraux pour se signaler aux autres usagers de la route (petits fanions, bandes réfléchissantes), pour augmenter là encore leur visibilité dans le trafic. 

 

Vers la possibilité d’un nouvel aménagement de la chaussée  

Un nouveau marquage sera désormais possible là où les gestionnaires de la voirie l'estimeront opportun. Celui-ci permettra d'aménager une chaussée à voie centrale avec de part et d'autre des bandes latérales réservées à la circulation des usagers actifs. 

 

Sur une chaussée dite "à voie centrale", les automobilistes doivent circuler sur la partie centrale, à une vitesse adaptée. Si nécessaire, ils peuvent déborder sur la bande latérale pour croiser ou dépasser, sans mettre les piétons, cyclistes et autres usagers qui y circulent en danger.  
 

Des règles de stationnement redéfinies pour les véhicules électriques  

Les règles pour le stationnement des véhicules électriques ont également été clarifiées. Ainsi, un véhicule qui se gare sur une place prévue à cet effet devra obligatoirement être raccordé à une borne de recharge. Son stationnement devra se limiter à la durée de charge (et pas plus longtemps), afin d’assurer une rotation aux stations de recharge. 

 

Attention, un véhicule qui charge sa batterie est considéré comme un véhicule en stationnement. Son conducteur devra donc respecter les modalités de stationnement (disque dans les zones bleues, tickets dans les zones payantes, etc.), comme tout autre véhicule. 

 

Georges Gilkinet, ministre fédéral de la Mobilité : "Le monde évolue rapidement et la façon dont nous nous déplaçons aussi. Nous devons encourager ces changements et convaincre davantage de personnes de se déplacer activement, d'opter pour les transports publics et une mobilité neutre en carbone. Nous introduisons de nouvelles règles de circulation le 1er octobre afin de mettre le code de la route en conformité avec ces évolutions. Je vise un meilleur équilibre entre les différents usagers de la route : les usagers actifs et plus exposés, comme les cyclistes et les piétons, auront plus de droits et plus d'espace et seront donc mieux protégés."