Horizon 2040 : Le transport de personnes plafonne, le transport routier reste dominant, les émissions directes liées au transport diminuent fortement

Aujourd’hui, le Bureau fédéral du Plan, en collaboration avec le SPF Mobilité et Transports, a présenté la 5ème édition des perspectives à long terme de la demande de transport en Belgique, à politique inchangée.

 

 

Que retenir à l’horizon 2040 ?

 

Saturation du transport de personnes

  • Suite à la hausse attendue du télétravail, le nombre moyen de kilomètres parcourus par personne en Belgique baisse d’environ 1% à l’horizon 2040 par rapport à 2019.
  • La voiture reste le mode de transport dominant.
  • L’évolution de la pratique du télétravail pèse plus particulièrement sur les déplacements en train, dont le profil type des utilisateurs correspond assez bien au profil type de la population active occupée pouvant et souhaitant télétravailler.

 

Hausse de la congestion routière

  • La croissance du transport routier total conduit à une augmentation du trafic qui, sans nouvelles mesures, entraine une diminution des vitesses sur le réseau routier par effet de congestion.
  • Ces baisses sont, aux heures de pointe, de l’ordre de 10% à 11% sur les axes principaux dans et autour des agglomérations d’Anvers et Gand, et de 6% ailleurs en Belgique.

 

Baisse des émissions liées au transport

  • Le scénario de référence table sur l’adoption des nouvelles normes Euro, le verdissement de la fiscalité des voitures et l’interdiction progressive de la circulation des voitures à combustion interne dans la Région de Bruxelles-Capitale.
  • Grâce à ces mesures et évolutions, les émissions directes de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques tels que les oxydes d’azote et les particules fines sont réduites malgré la croissance de la demande de transport.

 

 

Envie d’en savoir plus ? Lisez :