Solutions pour réduire le bruit sous-marin de la navigation

Le bruit sous-marin est une menace sous-estimée et pourtant bien réelle pour la vie marine. Aujourd'hui, le vice-premier ministre et ministre de la mer du Nord, Vincent Van Quickenborne, présente les résultats de l'étude sur les mesures que le secteur de la navigation peut prendre pour réduire le bruit sous-marin. Cette recherche du bureau de recherche TNO démontre qu'il existe un panel d’opportunités pour réduire de manière significative l'émission de bruit sous-marin continu. Pour l’ensemble de la vie marine, allant des crevettes aux baleines, cela ferait toute la différence. Un nombre significatif de ces mesures auraient par ailleurs un effet bénéfique dans d'autres domaines. Outre le bruit sous-marin, elles peuvent également réduire la consommation d'énergie et les émissions de pollution atmosphérique du navire.

 

Un problème sérieux

La pollution sonore est un problème plus grave qu'on ne le pense généralement. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la pollution sonore est la deuxième plus grande menace pour la santé humaine après la pollution atmosphérique. À l’instar des êtres humains, la pollution sonore a un impact majeur sur la vie marine : elle menace plus de 150 espèces. Elle perturbe essentiellement l'interaction entre les individus, par exemple entre la proie et le prédateur, et la reproduction. Le manque de communication rend les animaux « sous-performants ».

 

Des effets ont été observés sur toutes les espèces de la vie marine et l'impact varie selon les espèces. Les invertébrés tels que les moules ont des taux de croissance plus faibles, un métabolisme plus élevé, une consommation d'oxygène plus importante et présentent, entre autres, des dommages ADN plus nombreux. Les poissons ont leurs habitudes alimentaires perturbées, forment des bancs plus petits et se reproduisent moins. Ils sont également plus facilement capturés par d’autres animaux, ce qui implique une réduction du nombre d'adultes. Les mammifères marins, interagissant le plus via le son, sont le plus souvent les plus étudiés. Certaines espèces, comme la baleine bleue, adaptent leur chant pour qu'il s'élève au-dessus du bruit du navire. Mais ce comportement adaptatif exige de l'énergie. Les mammifères marins auront également moins de succès dans leur quête de nourriture (recherche et absorption de nourriture) en raison du bruit sous-marin ; pour les baleines à bec, par exemple, cette diminution est de plus de 50 %.

 

Accent mis sur le bruit sous-marin continu

Il existe de nombreuses sources de bruit sous-marin, qu'elles soient naturelles ou liées aux activités humaines. Dans une analyse environnementale de ce type, une distinction doit être faite entre l'impact du bruit aigu qui est très fort et limité dans le temps (comme une explosion ou le battage des pieux d'une éolienne) et le bruit de fond qui est continu. La recherche menée par le bureau de recherche TNO à la demande du SPF Santé publique se concentre sur le bruit de fond continu, généré majoritairement par l'industrie maritime. La réaction des animaux au bruit sous-marin étant très différente, il n'existe pas encore de consensus scientifique sur le niveau de bruit acceptable et sur les bandes de fréquences à utiliser. Mais même sans normes, il est déjà admis que chaque diminution du bruit sous-marin, aussi minime soit-elle, a des répercussions significatives chez plusieurs espèces, car elle réduit le stress continu. Par exemple, un banc de poissons aura 8 fois plus d'espace pour communiquer avec une baisse de 6 dB.

 

L'étude a été menée en étroite collaboration avec l'Union Royale des Armateurs Belges. En 2018, les armateurs belges se sont engagés à coopérer de manière constructive dans le cadre du plan de navigation durable.

 

Différents types de solutions

La recherche démontre que chaque navire dispose d'un ensemble de possibilités pour réduire ses émissions sonores et, par conséquent, pour réduire également d'autres émissions nuisible (CO2, NOX, SOX, PM ou particules fines). Les mesures proposées  ont un impact sur la production de bruit de l'hélice et la résistance du navire. Il s'agit notamment d'améliorer la conception de la coque, et de réduire la résistance grâce à un meilleur entretien de la coque et de l'hélice. Le gain qui peut être obtenu grâce à ces mesures individuelles varie beaucoup d'un navire à l'autre et doit être considéré au cas par cas.

 

Cela confirme les résultats de Maersk, la société de transport par conteneurs qui a décidé en 2015 de  modifier 100 de ses porte-conteneurs dans le but d'augmenter leur efficacité énergétique. 1 milliard de dollars ont été investis pour gonfler les étraves, installer de nouvelles hélices et de nouveaux capots d'hélices, régler les moteurs avec de nouvelles technologies et optimiser la vitesse et la profondeur. Cinq de ces navires ont été examinés avant et après leur modernisation et, outre la réduction souhaitée de la consommation de carburant, ils ont également affiché une forte réduction de leurs émissions sonores de 6 dB (bande 8-100 Hz) et 8 dB (bande 100-1000 Hz). Une réduction de 6 dB correspond à une réduction d'au moins 75 %.

 

Mais des mesures collectives peuvent également y contribuer. L'étude indique que la réduction de la vitesse des navires en mer du Nord à 75 % de leur vitesse de conception permettra de réduire considérablement le bruit et les émissions. Une réduction significative du CO2 (10%), des NOX (11%), des SOX (10%), des PM10 (10%), est associée à une réduction de 1 à 4 dB du bruit sous-marin. Cet effet semble limité, mais les décibels sont une échelle logarithmique : une diminution de 1 à 4 dB du bruit de fond peut entraîner une augmentation de 20 à 40 % environ du rayon de communication ou de la distance à laquelle les animaux peuvent percevoir un son. Il s'agit d'un exercice de modélisation visant à démontrer le potentiel en mer du Nord, l'une des voies de navigation les plus fréquentées au monde.

 

Rôle prépondérant au sein de l'Organisation Maritime Internationale (OMI)

Toutefois, avant de procéder à la mise en pratique, ces propositions doivent être discutées à un niveau politique international. En effet, il convient de maintenir des conditions de concurrence équitables suite à l’adoption de telles mesures. Grâce au webinaire sur le bruit sous-marin, la Belgique souhaite soulever la question relative à la pollution sonore et, avec le Canada et le secteur, jouer un rôle prépondérant au sein de l'OMI pour élaborer de nouvelles mesures concrètes. Nous invitons également les autres pays du monde à étudier le potentiel de réduction du bruit,  de réduction des émissions de CO2 et d’efficacité énergétique et à partager leurs conclusions au sein de l'OMI.

 

Le vice-premier ministre et ministre de la mer du Nord, Vincent Van Quickenborne : « La particularité de cette étude réside dans le fait qu'elle ne se concentre pas uniquement sur le bruit sous-marin, mais également sur la réduction des émissions de CO2, de NOX, SOX et de poussières fines. Cela permettra de répondre à deux objectifs environnementaux, le changement climatique et la pollution atmosphérique, qui font actuellement l'objet d'une attention particulière de la part du secteur des transports maritimes. Je souhaite approfondir cette question dans le cadre de ma politique pour la mer du Nord en collaboration avec le secteur. La Belgique joue un rôle de pionnier au niveau international et entend travailler en étroite collaboration avec le secteur, les partenaires internationaux et les ONG. Notre ambition est de réduire les émissions de CO2 de 55 % à l'horizon 2030. D'ici 2050, nous visons l'objectif de zéro émission. Nous devons également être ambitieux en ce qui concerne la réduction du bruit sous-marin.»

 

Les résultats complets de la recherche (en anglais) peuvent être consultés sur le site Internet du SPF Santé publique (des résumés en néerlandais et en français sont disponibles) :

  • l'étude sur la réduction des émissions et du bruit sous-marin de la navigation.
  • l'étude sur un scénario de « navigation lente » pour la région de la mer du Nord.

 

Plus d'informations sur le webinaire « Navigation et bruit sous-marin ».

 

 Speaking Note (EN) Minister Vincent Van Quickenborne  (PDF, 73.03 KB)

 

Contact presse

Sander Maenhoudt

Porte-parole

sander@teamjustitie.be

+32 484 29 77 37

 

Mieke Van de Velde

SPF Santé publique - DG Environnement

mieke.vandevelde@health.fgov.be

+32 2 524 96 19

+32 474 62 53 83