Semaine de la Mobilité - Nos inspecteurs de la navigation vérifient les émissions de soufre des navires de mer dans les eaux belges

Ces dernières années, la navigation s’est efforcée de réduire ses émissions. Depuis début 2020, par exemple, la part maximale de soufre autorisée dans les carburants maritimes a été réduite, passant de 3,5% à 0,5%. La mer du Nord belge est également une zone SECA (Sulphur Emission Control Area), où la norme est encore plus stricte avec 0,1%.

 

Photo: IRSNB/UGMM.

 

900 inspections par an

 

Chaque année, dans les ports belges, les inspecteurs de la navigation du SPF Mobilité et Transports effectuent des inspections en matière de soufre sur 900 navires de mer.

 

À cette fin, ils travaillent avec des collègues de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique qui utilisent un avion équipé d'un capteur renifleur pour mesurer les émissions de soufre des navires au-dessus de la mer du Nord. Si une concentration trop élevée est constatée, nos inspecteurs de la navigation en sont informés et, dès que le navire accoste dans un port belge, ils montent à bord pour les vérifications d’usage.

 

A bord de l'avion renifleur

 

Cette vidéo de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique explique tout le fonctionnement.

 

 

 

Emissions d’azote également réduites dès 2021

À partir de 2021, des règles plus strictes s'appliqueront aux émissions d'azote des navires en mer du Nord. Elle deviendra une NECA (Nitrogen Emmission Control Area). Pour pouvoir effectuer ce type de surveillance également, la technologie du renifleur a été étendue afin de détecter également les composés d’azote. Les résultats des premiers vols d'essai sont prometteurs.