Semaine de la Mobilité – Les transports aériens et routiers représentent presque ¼ des émissions de gaz à effet de serre 

Conscient des émissions produites par les différents modes de transports, le SPF Mobilité et Transports contribue aux futures décisions politiques, tant dans le cadre de la préparation que de l’adoption de nouvelles normes d’émission. De manière plus globale, il soutient et prend part au développement d’une mobilité plus durable en Belgique. 

 

3% des émissions de gaz à effet de serre sont produites directement par l’aviation 

Les émissions issues de l'aviation représentent 3 % des émissions de gaz à effet de serre dans l'Union européenne. Beaucoup d'efforts ont été déployés ces dernières années pour limiter cet impact : les moteurs d’avions consomment beaucoup moins aujourd’hui qu'il y a quelques décennies, des technologies innovantes sont examinées et développées en vue de réduire les émissions de CO2, de NOx, d’hydrocarbures imbrûlés et de CO ou encore des recherches sur les biocarburants ou l’aviation électrique. Cependant, ces technologies ne sont pas encore prêtes à être utilisées à grande échelle à court terme. 

 

Le débat est lancé, au niveau national et international, sur les moyens de remplacer l'avion par d'autres modes de transport. Ceci est certainement envisageable sur les courtes et moyennes distances. C’est d’ailleurs ce lundi 21 septembre lors d’un Conseil des ministres européens des transports que le ministre allemand des transports relance l’idée d’un Trans-Europ-Express, avec des trains à grande vitesse. Le projet permettrait notamment de relier Bruxelles à Berlin en environ six heures, Berlin à Barcelone en 13 heures et Bruxelles et Barcelone en huit heures. 

 

Toutefois, de nombreux efforts sont nécessaires pour rendre ces alternatives possibles et attrayantes.  

 

Du trafic aérien au trafic ferroviaire ?  

Dans ce contexte, la Direction Générale Politique de Mobilité durable et ferroviaire, a lancé, en collaboration avec la DG Transport Aérien, une étude qui a pour objectif d’analyser les possibilités de substitution de certains vols courtes distances à l’aéroport de Bruxelles et dans d’autres aéroports belges par des trains internationaux. 

 

Le résultat de cette étude fournira entre-autres une liste de couples de villes entre lesquelles un service aérien pourrait être remplacé par un service ferroviaire international - où l'infrastructure ferroviaire est présente et où le train peut être une alternative valable en termes de service - avec un aperçu pour chaque couple de villes des conditions préalables qui doivent être remplies. En outre, cette étude examinera également les différentes possibilités, opportunités et défis qui peuvent servir de base aux futures décisions politiques dans le cadre de la promotion de l'utilisation du transport ferroviaire et plus globalement du développement d'une mobilité plus durable en Belgique. 

 

L’étude est menée par le groupement des bureaux de conseil SMA et Intraplan qui prévoit une large consultation d’acteurs des secteurs ferroviaire et de l’aviation belges et européens. Elle a débuté début septembre 2020 et les résultats sont attendus pour le second semestre de 2021. 
 
 
Réduire les émissions polluantes du transport aérien est une chose cependant le transport routier est celui qui génère le plus d’émissions de gaz à effet de serre (19,35 %). Il est donc primordial d'agir sur ce secteur afin de diminuer les impacts sur le changement climatique et sur notre environnement. C’est dans cette perspective que notre SPF prend part au niveau politique à une mobilité décarbonée.   

 

 

 

Véhicules à zéro et (très) faibles émissions : quelles émissions ? 

En août 2020, une voiture neuve sur dix était électrique ou hybride. Cependant, lorsqu’il est question de véhicules à zéro et à (très) faibles émissions, il est important de rappeler que cette notion ne couvre que les émissions directes à l’échappement. A cette source d’émissions principale viennent s’en ajouter d’autres relatives à la production, à l’usage (freins, pneus, asphalte, …) et au recyclage des véhicules. Tenant compte de toutes les sources d’émissions, il est souhaitable de prêter attention à la conception des véhicules électrifiés et à leur utilisation afin qu’ils contribuent encore davantage à une mobilité décarbonée et moins polluante. Il importe notamment de veiller à privilégier un véhicule : léger avec une consommation réduite (kWh/100 km), équipé d’une batterie aussi petite que possible (éviter le surdimensionnement) et rechargé avec de l’électricité d’origine renouvelable ou décarbonée. 

 

Quel rôle pour le SPF Mobilité ? 

Dans le cadre du Green Deal, la Commission Européenne travaille actuellement à la révision des normes d’émissions (gaz polluants et CO2) qui devraient aboutir à de nouvelles propositions législatives en 2021. Hors Green Deal, la révision des normes d’émissions en conditions réelles de conduite (Real Driving Emissions) est en voie d’adoption au Parlement Européen et au Conseil de l’Union européenne. Aux côtés du SPF Santé publique, le SPF Mobilité et Transports contribue activement avec ses partenaires européens au développement et à l’adoption de ces nouvelles normes d’émissions afin qu’elles tiennent compte davantage des conditions réelles de conduites et de toutes les sources émissions. A ce titre, nos experts participent aux réunions des comités techniques et consultatifs de la Commission et du Conseil.