Journée mondiale de la bicyclette | La petite reine de plus en plus utilisée en Belgique

À l’occasion de la troisième journée mondiale de la bicyclette ce mercredi 3 juin, le SPF Mobilité et Transports fait le point sur l’utilisation de la petite reine et de sa version électrique dans notre pays.

 

Plusieurs enquêtes menées par le SPF Mobilité et Transports l’ont démontré : l’utilisation du vélo augmente régulièrement en Belgique depuis 20 ans, que ce soit pour les loisirs ou pour les déplacements domicile-travail. En effet, l’enquête MONITOR montre une progression nationale de l'usage du vélo (12% des déplacements et 5% de la distance parcourue en 2017, contre respectivement 8 et 4% en 1999). La dernière édition du diagnostic fédéral des déplacements domicile travail (2017-2018) fait un constat similaire : 11% de ces déplacements sont faits à vélo, 1,6% en Wallonie, 4,4% à Bruxelles et 17% en Flandre.

 

Les avantages et inconvénients fréquemment relevés par les utilisateurs 

 

Une enquête menée par le SPF Mobilité, fin 2019, auprès d’un panel représentatif de 1000 Belges de 18 ans et plus a mis en évidence plusieurs éléments qui motivent les gens à faire du vélo. Parmi les réponses, nous pouvons plus particulièrement mettre en avant les facteurs suivants (avec plus de 40% de réponses positives) : 

  • L’activité physique 
  • La préservation de la planète 
  • La flexibilité (pouvoir faire un détour, un arrêt, etc.) 
  • Sans oublier… le plaisir de pédaler ! 

 

Malheureusement, tout n’est pas idyllique pour les cyclistes. Ainsi, l’usage du vélo souffre de différents maux (avec plus de 30% de réponses négatives) : 

  • Les infrastructures routières
  • Les facteurs de durée et de distance pour atteindre une destination
  • L’inconfort (conditions météorologiques défavorables, transport d’objet lourds ou encombrants, effort physique, etc.)
  • Le sentiment d’insécurité sur la route
  • La peur des vols 

De manière générale, ces inconvénients sont davantage ressentis chez les femmes que chez les hommes. 

 

L’amélioration des infrastructures routières arrive également en première position des propositions qui pourraient inciter à utiliser (plus) le vélo.

 

La tendance à l’électrification se poursuit

 

16 % des adultes en Belgique sont des utilisateurs du vélo électrique (contre 41% pour les vélos sans assistance). On observe une parité femmes-hommes pour l’usage du vélo électrique, alors que pour le vélo classique, l’usage est plus masculin. Si le taux d’utilisation du vélo classique diminue avec l’âge, on constate la tendance inverse pour les vélos électriques.

 

La tendance à l’électrification, qui se marque déjà dans les ventes actuelles, va se poursuivre. Plus de 20 % des personnes interrogées comptent en effet acheter un vélo électrique (25 km/h ou 45 km/h), contre 8 % pour les vélos sans assistance électrique.

 

L’émergence des vélos électriques permet aux cyclistes de parcourir plus de kilomètres. Une autre enquête effectuée par le SPF montre qu’une grande partie (62%) des trajets domicile-travail effectués avec un vélo sans assistance électrique sont compris entre 2 et 10 kilomètres. Les vélos électriques limités à 25 km/h sont en majorité utilisés pour parcourir des distances situées entre 5 et 20 kilomètres. Enfin, les speed pédélecs permettent de parcourir des distances encore plus longues, souvent supérieures à 20 kilomètres.