Données de téléphonie et Mobilité : analyse des déplacements en Belgique.

En mobilité comme dans d’autres domaines, les « big data » sont de plus en plus utilisées pour compléter les sources de données habituelles. Le SPF Mobilité et Transports a commencé à tester et analyser ce type de données pour compléter les données recueillies par d’autres enquêtes classiques, comme l’enquête Monitor (2017) ou le diagnostic fédéral des déplacements domicile-travail (2017-2018).

 

Vu l’intérêt des données sur les flux de personnes et le manque de sources permettant leur évaluation, le choix s’est porté dans ce cas-ci sur les données de téléphonie mobile de l’opérateur de télécommunication Orange. Les données ont été récoltées entre août 2018 et mars 2019.

 

Plus de 12 millions de déplacements par jour

Les données récoltées montrent que le nombre moyen de déplacements intercommunaux, soit des déplacements qui ont pour origine et destination deux communes différentes, est de 12,7 millions par jour. Ce nombre varie selon le type de jours (ouvrés scolaires ou non, week-ends, fériés) et monte à presque 14,5 millions durant les jours ouvrés scolaires. La plus grande partie de ces déplacements (86%) ont une distance inférieure à 30 kilomètres. Les déplacements dépassant 30 kilomètres sont au nombre de 1,76 million un jour moyen. 

 

Les déplacements de et vers la Région de Bruxelles-Capitale représentent 9% de l’ensemble des déplacements intercommunaux : presque 10% les jours ouvrés scolaires contre 7,7% le week-end. Cela représente 1,4 millions de déplacements durant les jours ouvrés scolaires, 1 million de ou vers la Flandre, et 400.000 de ou vers la Wallonie.

 

Des heures de pointe plus ou moins marquées selon les jours

Les données de téléphonie mobile permettent également de déterminer la grandeur des flux de personnes au cours de la journée.

 

Durant les jours ouvrés scolaires, les pointes du matin et du soir sont très marquées, avec un pic entre respectivement 7h30 et 8h et entre 17h et 17h30 (heures d’arrivée). Ces heures de pointe sont également présentes les jours ouvrés non scolaires, mais bien moins importantes.

 

Les lundi, mardi et jeudi, les profils de déplacements sont très similaires. Le mercredi se distingue avec un flux de personnes plus important sur l’heure de midi, lié aux déplacements domicile-école. Enfin, les déplacements sont plus nombreux les vendredis soir.

 

Des données intéressantes à exploiter

Comme l’ont déjà constaté d’autres acteurs de la mobilité, les données de téléphonie mobile peuvent produire des données pertinentes pour évaluer les flux de déplacements. Le nombre de déplacements renseignés par Orange et le type de flux, tant au niveau géographique qu’au niveau horaire, correspondent globalement à ce qui était déjà renseigné par les enquêtes de mobilité menées par le SPF Mobilité et Transports.  

 

La plus-value de ce type de données vient de la grande quantité d’informations recueillie, qui permet d’atteindre une précision d’analyse supérieure à celle d’enquêtes classiques. Les big data permettent donc déjà aujourd’hui de produire certains résultats intéressants. Même si elles ne sont pas prêtes à remplacer entièrement les sources statistiques habituelles.