100 ans au service de l’aviation civile - 100 ans d’enquête des accidents aériens

Le 10 juillet 1910, le tout premier accident d’avion mortel survenait en Belgique : lors d'un meeting aérien à Gand, un câble d'une gouverne de l'avion de Daniel Kinet se serait rompu. Les spectateurs ont pu voir comment l'avion a d'abord pivoté à droite puis à gauche avant, à une hauteur de 50 mètres à peine, de s'écraser dans un champ de pommes de terre. La victime, emmenée à l'hôpital, y est malheureusement décédée 5 jours plus tard.  

 

 

Photo: Musée royal de l'armée et de l'histoire militaire  

 

Sur le lieu de ce premier accident (près de l'actuel Singel à Gand), une pierre commémorative portant le texte suivant a été placée le 10 juillet 1912: 

 

Ici tomba  

le 10 juillet 1910 

 la première victime  

de l’aviation 

 en  

Belgique 
Daniel Kinet 
Erigé  

par souscription 
Aéro-Club des Flandres 

 

 

Le deuxième accident mortel allait se produire moins d'un mois plus tard à Stokkel, lorsque Nicolas Kinet (d’une autre famille que Daniel) s’est écrasé. L'hélice brisée de son avion est toujours visible au Musée de l'aviation à Bruxelles. 

 

 

Premières enquêtes  

Lorsque l’Administration de l’Aéronautique a été créée en 1919, l'enquête sur les causes des accidents faisait également partie des tâches de cette institution. Un comité occasionnel ("ad hoc") a été créé à cet effet.    

 

En 1937, le Savoia-Marchetti SM-73 de la Sabena s'est écrasé à Oran. À l'époque, le rapport d'enquête recommandait la création d'un organisme indépendant pour enquêter sur les accidents. 

 

Ce principe a été inclus dans la "Convention de Chicago" sur l'aviation civile internationale, signée le 7 décembre 1944. L'article 26 de cette convention stipule que le pays où l'accident s'est produit est responsable de l'enquête sur la cause. 

 

À partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les enquêtes en Belgique seront menées par une cellule indépendante au sein de l’administration publique. Cette cellule a notamment enquêté sur l'accident du Boeing 707 de la Sabena, à Berg-Kampenhout le 15 février 1961, qui a fait 74 victimes. Dix ans plus tard, ils ont également enquêté sur l'accident du 2 octobre 1971 à Aarsele avec le BEA Vickers Vanguard, qui a fait 63 victimes. Ces deux accidents ont été les dernières catastrophes en Belgique impliquant de grandes compagnies aériennes.   

 

 

Air Accident Investigation Unit Belgium (cellule d’enquête des accidents et incidents aériens) 

 

Suite à la directive européenne 94/56/CE et à l'arrêté royal du 8 décembre 1998, la cellule de recherche est devenue fonctionnellement indépendante de l'administration de l'aviation civile.  Elle a reçu le nom de Air Accident Investigation Unit (Belgium), en abrégé AAIU(Be). 

 

Son objectif reste le même, à savoir mener une enquête de sécurité sur les causes de chaque accident ou incident grave d'aviation en Belgique en tant qu'organisme national indépendant, puis formuler des recommandations afin d'éviter des incidents similaires à l'avenir. Cette enquête n'a pas pour but d'établir une faute ou une responsabilité. 

 

Aujourd'hui, l'AAIU(Be) se compose de 4 enquêteurs à plein temps qui enquêtent sur tous les accidents et incidents graves d'aviation sur le territoire belge. Cela ne concerne pas seulement l'aviation commerciale, mais aussi les petits avions, les hélicoptères, les planeurs, les ballons, les ULM, etc. Il peut s'agir d'incidents au sol (par exemple, une incursion sur une piste), mais aussi au niveau du contrôle aérien (par exemple, une panne de communication). L'équipe apporte également son soutien aux cellules de recherche étrangères lorsque des avions, des pilotes, des concepteurs, des constructeurs, etc. belges sont impliqués dans des accidents à l'étranger. 

 

Voici quelques exemples d'enquêtes menées par la cellule AAIU(Be):  

 

  

Source: AAIU(Be) - Accident d'un avion cargo B747 survenu le 25 mai 2008 à l'aéroport de Bruxelles. Cette photo a été prise par la police fédérale (support aérien).  

 

 

    

Source: AAIU(Be) - Un ULM s'est écrasé le long de l'E40 le 19 juin 2019. L'enquête est toujours en cours. 

 

 

   

Source : AAIU(Be) & SPF Santé publique - Amerrissage d'un avion Diamond DA-40 en mer du Nord le 22 août 2009.   

 

 

 

Source: AAIU(Be) - Perte de contrôle d'un drone à Weelde (Anvers) et crash à Dizzy le Gros, France, 29 février 2016.    

 

 

Dans le secteur de l'aviation, chacun est encouragé à signaler les événements afin d'en tirer des enseignements à tout moment. C'est pourquoi l'AAIU(Be) procède à un examen annuel d'environ 4000 notifications, dont quelque 70 événements sont effectivement évalués. 

 

Les incidents et accidents graves font tous l'objet d'une enquête. Ces dernières années, environ 7 accidents et 6 incidents graves se sont produits. En outre, une aide a été apportée à des enquêtes étrangères à une dizaine de reprises. 

 

Chaque enquête est formalisée dans un rapport final publié sur le site du SPF Mobilité et Transports. Celui-ci contient des recommandations aux autorités, aux constructeurs, aux pilotes, ... afin d'éviter qu'un incident ou un accident ne se reproduise. 

 

L'AAIU(Be) diffuse également les enseignements tirés des enquêtes en étant présent et en faisant des présentations lors d’événements autour de la sécurité organisés par les aéroclubs, les fédérations de pilotes, les organismes de formation, ...


 

Saviez-vous que:  

 

Saviez-vous que la boîte noire dans un avion est en fait orange ? Ceci pour la retrouver plus facilement parmi d'autres pièces. L'équipement de stockage des données dans ces conteneurs sécurisés enregistre les paramètres les plus importants et le bruit dans le cockpit. Ces informations peuvent aider à retrouver la cause des accidents.