La Belgique franchit une nouvelle étape vers une navigation plus durable en ratifiant la Convention pour la gestion des eaux de ballast et la Convention pour le recyclage des navires

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 7 mars 2016, la Belgique a ratifié la Convention internationale pour le contrôle et la gestion des eaux de ballast et des sédiments de navires et a adhéré à la Convention internationale de Hong Kong pour le recyclage sûr et écologique des navires. Ces ratifications représentent un pas important vers une meilleure protection du milieu marin.

La Belgique confirme ainsi son implication, avec un groupe de pays, pour mener une politique active en la matière.

 

La Convention des eaux de ballast vise à prévenir, limiter et finalement éliminer les déplacements non souhaités d’organismes aquatiques nuisibles grâce au contrôle, à la gestion et au traitement des eaux de ballast et sédiments des navires.

Pour l’entrée en vigueur de cette Convention, deux conditions doivent être remplies. Minimum 30 États doivent ratifier la Convention et ils doivent représenter au moins 35% du tonnage brut mondial. Actuellement, 47 États ont ratifié la Convention. Le premier critère est donc largement rempli. Grâce à l’adhésion de la Belgique, le critère des 35% est quasiment atteint lui aussi (34,82%).

La ratification par la Belgique de cette Convention est essentielle pour la flotte belge. Grâce à celle-ci, la Belgique peut effectuer les inspections nécessaires et délivrer les certificats correspondant (à la qualité de la gestion des eaux de ballast par le navire).

La Belgique, en tant que partie contractante, contribuera à une implémentation rapide de la Convention et défendra les intérêts nationaux en la matière au niveau international.

Eaux de ballast: les eaux pompées et transportées dans les water-ballasts d’un navire pour maintenir la stabilité du navire. Ces eaux sont susceptibles de contenir des organismes nuisibles.

 

La Convention internationale de Hong Kong  concerne le recyclage sûr et écologiquement rationnel des navires tenant compte du cycle de vie entier d'un navire. Comment ? En interdisant, ou du moins restreignant, l'utilisation de substances potentiellement dangereuses dès la conception des navires jusqu’à la promotion du recyclage sûr et écologiquement rationnel des navires en fin de vie. Ce principe reste valable pendant toute la durée de vie opérationnelle du navire.

Il est essentiel de prévoir des conditions égales pour tous les navires qui entrent dans nos ports, qu’ils naviguent sous le pavillon d'un État membre de l’UE ou non, si on a l’ambition d’éliminer les mauvaises pratiques de recyclage dans le monde entier.

À ce jour, seuls quatre pays ont adhéré à la Convention de Hong Kong. La Belgique espère que d’autres États suivront bientôt son exemple, afin que la Convention de Hong Kong puisse entrer rapidement en vigueur. Pour cela, elle devra être ratifiée par 15 États dont les flottes marchandes représentent 40% du tonnage brut de la flotte mondiale des navires de commerce et dont le volume annuel maximal de recyclage représente au total au moins 3% du tonnage brut de l’ensemble des flottes marchandes.