Le gilet de sauvetage : FAQ

Que fait un gilet de sauvetage ?

Un gilet de sauvetage est un dispositif qui permet de maintenir à flot une personne qui se retrouve dans l'eau. Cette personne restera en sécurité en flottant sur le dos, avec le visage toujours hors de l'eau. Même si la personne est inconsciente, sa posture sera corrigée et la noyade, ainsi évitée.

 

Gilet de sauvetage ≠ aide à la flottabilité

Une aide à la flottabilité est un dispositif de sauvetage beaucoup plus limité : elle a une flottabilité bien plus faible et ne corrige pas la posture. Une personne qui tombe à l’eau et qui ne porte qu'une aide à la flottabilité peut encore se noyer.

 

À quoi ressemble un bon gilet de sauvetage ?

Un gilet de sauvetage doit répondre à certaines normes et tests.

 

Il est important de savoir qu'il existe différents types de gilets de sauvetage. Il existe des variantes plus légères (par exemple pour les personnes portant des vêtements de loisirs) et des variantes plus lourdes (par exemple pour les personnes portant des vêtements lourds et imperméables). Il est important de choisir un gilet de sauvetage adapté à l'activité pour laquelle vous l'utiliserez.

 

Il est vrai que l'apparence de tous les gilets de sauvetage est la même : ils doivent avoir une couleur vive et frappante avec des bandes réfléchissantes. Les gilets de sauvetage sont également équipés d'une petite lumière et/ou d'un sifflet.

 

Puis-je encore pratiquer du sport avec un gilet de sauvetage ?

Ici aussi, il y a une subdivision en divers types de gilets de sauvetage. Il existe des gilets de sauvetage gonflables et des gilets de sauvetage rigides. Les variantes gonflables sont les plus connues et offrent à la personne la meilleure mobilité. Ces gilets de sauvetage nécessitent un peu plus d'entretien : ils sont activés au moyen d'une corde ou d'une pastille de sel, et activent ainsi les cartouches de gaz qui provoquent le gonflage des gilets de sauvetage. Toutes ces pièces doivent bien sûr être contrôlées régulièrement et remplacées si nécessaire. De plus, il y a toujours un risque que le gilet de sauvetage soit activé accidentellement.

 

Les variantes rigides sont les gilets de sauvetage avec un bloc de mousse. Toutefois, ces derniers peuvent rendre la mobilité plus difficile. Cette option est souvent choisie pour les enfants car ils ne peuvent pas être activés accidentellement.

 

Quel est le rapport entre Newton et mon gilet de sauvetage ?

La capacité d'un gilet de sauvetage est exprimée en newtons. Cela représente la capacité d'un gilet de sauvetage à mettre une personne dans la bonne position. Elle est liée à plusieurs facteurs tels que les conditions météorologiques et l'environnement dans lequel le gilet est porté (par exemple, en haute mer ou dans des eaux abritées). Le facteur ayant la plus grande influence est le vêtement porté sous le gilet de sauvetage. Une personne qui se noie a souvent une accumulation d'air sous ses vêtements. Cet air a un impact négatif sur la capacité d'un gilet de sauvetage à mettre la personne qui se noie dans la bonne position. En d'autres termes : plus il y a d'air sous les vêtements, plus un gilet de sauvetage doit exercer de force pour retourner une personne qui se noie. Et cela nous ramène à Newton : la mesure de la capacité d'un gilet de sauvetage. Pour les amateurs de sports nautiques, un gilet de sauvetage d'une capacité de 150 newtons ou 275 newtons est en général approprié. 

 

C'est tout ce que fait mon gilet de sauvetage ? Flotter et se retourner ?

Un gilet de sauvetage sauve des vies, cela ne fait aucun doute. Mais les effets sont multiples et vont plus loin que le flottement et le retournement.

 

Une personne se retrouvant dans l'eau et risquant de se noyer doit surmonter plusieurs difficultés. Pour commencer, la natation demande beaucoup d'énergie. Un gilet de sauvetage qui vous maintient à flot vous aidera à économiser cette énergie. C'est un must, surtout pour les nageurs moins expérimentés ou les enfants. En outre, il existe certaines postures qu'une personne peut adopter grâce à un gilet de sauvetage et qui réduisent la perte de chaleur et retardent donc les symptômes d'hypothermie. La position du fœtus en est un exemple. Cette posture signifie que vous vous enroulez comme un hérisson : les mains sous les aisselles et les jambes croisées, que vous relevez le plus haut possible. Comme votre tête est maintenue au-dessus de l'eau par un gilet de sauvetage, vous n'avez pas besoin non plus d'y mettre de l'énergie supplémentaire.

 

L'hypothermie est bien plus dangereuse que le croient la plupart des gens. Quelques chiffres :

  • la température centrale du corps humain est d'environ 37°C.
  • Sur la peau, une température d'environ 33 °C est ressentie comme agréable.
  • L'hypothermie commence déjà lorsque la température centrale descend en dessous de 35°C. À 24°C, la personne meurt.
  • Des températures de l'eau qui sont inférieures à 20°C provoquent un refroidissement rapide : au moins 1°C toutes les 5 minutes.
  • Les gilets de sauvetage sont obligatoires entre le 16 octobre et le 15 mai. Pendant cette période, les températures moyennes en mer du Nord se situent entre 5 et 13°C, et descendent jusqu’à 3°C pendant les périodes les plus froides.
  • Les mois les plus chauds pour la température de l'eau en mer du Nord sont août et septembre. Pendant cette période, la température moyenne de l’eau atteint environ 19 à 20°C.

 

Un gilet de sauvetage vous aide également à être mieux vu. Il existe des modèles munis de petites lumières. En tout cas, chaque gilet de sauvetage doit être équipé de bandes réfléchissantes. De plus, un gilet de sauvetage donne plus de temps aux sauveteurs pour vous rechercher et localiser, ce qui augmente bien sûr vos chances de survie. Chaque minute compte, surtout quand les recherches se font par mer plutôt agitée, avec des vagues assez hautes.

 

Quand je tombe dans l'eau, ne suffit-il pas que je nage ?

Non, ce n'est pas si simple. Beaucoup de gens sous-estiment l'impact d'une chute par-dessus bord. Au meilleur des cas, vous tombez mollement dans l’eau sans vous blesser. Mais souvent, les personnes se retrouvent dans de l'eau froide en étant en outre en état de choc, par exemple après avoir été heurtées par la bôme ou après s’être cognées contre la bordure du bateau. N'oubliez pas que vous n'atterrissez pas toujours en douceur dans l'eau. Sur un bateau un peu rapide, tomber par-dessus bord est aussi dur qu'une chute sur un trottoir.

 

En outre, les nageurs moins expérimentés ou les amateurs de sports nautiques peuvent ressentir un choc qui engendre à son tour de la panique. En partie, il s'agit d'une réaction physique et naturelle provoquée par le mécanisme de survie du corps. Votre corps essaie instinctivement de protéger les organes les plus vitaux au détriment de l'approvisionnement en sang des autres parties du corps. Par conséquent, il n'est plus si facile d’agiter les bras ou de crier fort.

 

Un phénomène bien connu des secouristes est le « choc thermique ». C'est une façon incontrôlable de respirer, qui ressemble à de l'hyperventilation. La personne qui se noie ressent une douleur intense et a l'impression que les voies respiratoires sont bloquées, ce qui génère plus de panique encore. Physiquement, cela entraîne une accélération soudaine du rythme cardiaque et une augmentation de la pression sanguine, à tel point qu'un arrêt cardiaque n’est pas à exclure dans les cas très graves. Un gilet de sauvetage qui fonctionne bien et qui est correctement porté peut donc faire la différence entre la vie et la mort en maintenant le visage au-dessus de l'eau. 

 

Combien de temps faut-il pour enfiler correctement un gilet de sauvetage ?

Vous portez un gilet de sauvetage comme une veste. Il n'y a pas de fermeture éclair, mais il y a des sangles que vous devez fermer, à savoir une autour de votre taille et une entre vos jambes (la sangle d'entrejambe). Selon le modèle, la sangle d'entrejambe peut également être déclinée en une version différente, par exemple deux sangles d'entrejambe où l'on entre comme dans un pantalon. Bien sûr, il est important non seulement de bien fixer toutes les sangles, mais aussi de les serrer suffisamment.


La sangle autour de votre taille maintient le gilet de sauvetage fermé, tout comme la fermeture éclair d'une veste. La sangle d’entrejambe a une toute autre fonction. Elle permet notamment d'éviter qu'un gilet de sauvetage gonflé ne glisse vers le haut, au-dessus de votre tête. Si la sangle d'entrejambe fonctionne correctement, elle fait en sorte que le gilet de sauvetage maintienne votre nez et votre bouche au-dessus de l'eau. De cette manière, en plus, un gilet de sauvetage peut littéralement servir de prise pour un secouriste afin de tirer vers elle, voire de sortir de l’eau la personne qui risquait de se noyer.

 

Quand est-il obligatoire de porter un gilet de sauvetage en mer ?

En mer, il est obligatoire de porter un gilet de sauvetage, à bord d'un bateau, en cas de hauteur (significative) des vagues supérieure ou égale à 1 m, entre le coucher et le lever du soleil et entre le 16 octobre et le 15 mai. En outre, l'obligation s'applique d’office à toute les personne à bord de moins de 12 ans ou lorsque le bateau de plaisance a une longueur de 6,5 m ou moins. Cette obligation ne s'applique pas en cabine. L'obligation ne s'applique pas non plus aux bateaux de plaisance de plus de 24 m ou ayant une rambarde fixe de 1,10 m de haut. Pour les bateaux de plaisance jusqu'à 6,5 m, qui ne s’éloignent pas de plus 2 milles nautiques de la côte, le gilet de sauvetage peut être remplacé par une aide à la flottabilité.